Top
Olivier mamavi

#2 – Olivier MAMAVI, Paris School of Business – Les données qui se cachent derrière l’attribution des marchés publics

Podcast Olivier mamavi

Abonnez-vous au podcast sur votre plateforme préférée : Apple Podcast, Deezer, Spotify, Google Podcast

Laissez nous une note et un commentaire sur Apple Podcastça prend 30 secondes et c’est la meilleure manière de nous soutenir 😊

Très actif dans le partage des connaissances liées aux données, Olivier Mamavi est Docteur en sciences de gestion. Le coeur de ses recherches a porté sur l’étude, à travers les données bien sûr, de l’attribution des marchés publics. Directeur des Données pour la revue Management & DataScience, il est également professeur associé en Data Management à la prestigieuse Paris School of Business. J’avais hâte de rencontrer cet homme passionné et passionnant à l’enthousiasme communicatif. J’espère que vous profiterez de cet échange autant que moi.

Parcours

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tenais à connaître le parcours d’Olivier. Qu’est-ce qui avait bien pu l’amener à l’étude des données ? J’ai découvert un homme résilient, entrepreneur visionnaire et en avance sur son temps. J’ai aussi découvert une personne méticuleuse et prête à relever les défis de l’analyse des données non structurées… quitte à le faire à la main. Ce détail à toute son importance pour comprendre la suite de ses travaux de recherche en intelligence artificielle capable de traiter et d’analyser de grandes quantités de document texte.

Attribution des marchés publics

Les marchés publics représentent en France entre 200 et 300 milliards d’euros d’activité économique. Cela représente en moyenne 10% du PIB. Leur attribution repose sur des critères précis afin de garantir la meilleur adéquation entre les attentes de l’entité publique et la capacité du fournisseur sélectionné à y répondre. Du moins, en théorie. Les travaux de recherche d’Olivier ont montré que l’attribution des marchés va souvent dépendre d’autres facteurs sous jacents aux critères exposés publiquement…

Big data, deep fake et Blockchain

L’essentiel des données auxquelles nous avons accès sont des données non structurées. Elles représente 90% des données que l’on peut trouver sur le web. Tout l’enjeu désormais est d’être capable de transformer ces données non structurées en données exploitables. Nous verrons avec Olivier comment partir de données brutes pour en tirer du sens. Nous parlerons également des risques liés à l’explosion des données disponibles, de leur utilisation à mauvais escient et de la manière de s’en prémunir.

Formations et compétences à acquérir

Aujourd’hui, c’est l’exploitation de la donnée qui permet de créer de la valeur économique. Même les entreprises industrielles sont devenues des entreprises de traitement de l’information. Par exemple, la RATP qui gère des bus, des métros, etc, est devenu une entreprise qui traite de la donnée. Pour Olivier, le traitement de la donnée est en train d’infiltrer tous les secteurs de l’économie, jusqu’à l’agriculture. Il nous explique sa vision de la formation et comment acquérir les compétences nécessaires pour tirer profit des données.

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir épisodes et résumés avant tout le monde

Aidez-nous à progresser, votre avis nous intéresse !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :